Et parce que les conditions de travail à SII dépendent aussi d'un contexte socio-économique, vous trouverez en cliquant sur l'image ci contre une page contenant des réflexions de membres de la section ainsi que des informations sur des mouvements auxquels SUD/Solidaires participe.

mercredi 18 septembre 2013

Minima SYNTEC octobre 2013

Voici les salaires minima conventionnels en fonction de la modalité d'application des 35 heures (voir le contrat de travail) et du coefficient Syntec.

Vérifier que votre salaire ne soit pas inférieur au minimum auquel vous avez droit. Sinon, demandez sa réévaluation !

(cliquez sur l'image)

vendredi 30 août 2013

(Info SII national) 
Nouvelles attaques contre nos retraites.
Toutes et tous en grève le 10 septembre
Place Arnaud Bernard à 11h 

  

mardi 19 mars 2013

(Info SII national) 
Communiqué de la section SUD SII.

Le lundi 18 mars a eu lieu le dernier round des Négociations Annuelles Obligatoires à Paris entre les syndicats de SII et la direction sur les augmentations de 2013. La direction restant sourde aux principales revendications, y compris, un plafond d'augmentation synonyme de meilleure répartition, la délégation syndicale de Solidaires a décidé de signer un PV de désaccord.
(Info SII national)

 Vigilance « grand froid » 
sur les salaires !

Le troisième et dernier round des Négociations Annuelles Obligatoires sur les augmentations de salaires pour l’exercice 2013-14 aura lieu ce lundi 18 mars 2013. La direction de SII propose une moyenne d'augmentation de seulement 0,35%. Autant dire que pour la plupart, cela se traduira par un nouveau gel de salaire.

Dans le même temps, l’entreprise bénéficiera du crédit d'impôt (CICE) octroyé par l’État pour restaurer la "compétitivité". De cette somme, la direction a fait la démonstration savante que 1/4 (500 k€) reviendrait aux salariés à travers la participation (en moyenne 190 € par personne). Le reste allant directement à la restauration des marges.

Ainsi, ce sont encore les salariés qui vont faire les frais d'une crise économique qu'ils n'ont pas créée. Cette augmentation de 0,35%, proposée par la direction, inférieure à l'augmentation du coût de la vie prévue pour 2013 (entre 1 et 2 %) ne fera que renforcer une lassitude des salariés déjà fortement perceptible et validée par les données fournies par la direction elle-même (hausse des congés maladie, absentéisme, faible participation aux activités de l'entreprise,...).
Les marges de SII France n’étant pas en baisse mais stables depuis 2010, nous proposons à la direction de restaurer la compétitivité à travers la motivation des salariés plutôt qu’une gestion financière à court terme basée sur une austérité à la sauce SII. 


Nous demandons donc que la totalité du crédit d’impôt de l’État bénéficie aux salariés, directement à travers les augmentations de salaires et non par son hypothétique impact sur la participation. Ce qui revient à une moyenne d’augmentation autour de 2%.

Par ailleurs, sans hausse générale des salaires, les augmentations risquent de ne profiter qu’à quelques privilégiés, sélectionnés le plus souvent "à la tête du client". La direction se refusant à toute augmentation générale des salaires, nous demandons que soit tout de même fixé un maximum d'augmentation de 500 € brut afin que les augmentations se répartissent sur un plus grand nombre de salariés.

Cette demande de Solidaires d'une meilleure répartition concerne la direction nationale de SII dans le cadre des NAO. Mais ce sont les directions locales qui seront au final les décideurs des augmentations de chaque salarié.

vendredi 22 février 2013

(Info SII national et Sud-Ouest)
Le 5 mars, journée de mobilisation contre l'accord national interprofessionnel signé par le Patronat, la CFDT, la CFTC et la CGC !
Manifestation le Mardi 5 mars à Toulouse 
10h30 – Jeanne D’Arc

Patronat, CFDT, CFTC et CGC ont signé un accord national interprofessionnel aux conséquences négatives très importantes pour les salarié-es. L’UNSA l’approuve aussi. Le gouvernement s’est empressé d’afficher son soutien à ces nouveaux gains pour le patronat, à cette nouvelle régression sociale pour les travailleurs et les travailleuses.
C’est un mauvais coup pour les salarié-es, mais la partie n’est pas terminée. Le 6 mars, le texte de l’accord est transposé en projet de loi, puis débattu au Parlement. Il reste donc quelques semaines pour que toutes les forces syndicales opposées à la casse du Code du travail s’unissent et bloquent les appétits patronaux. L'Union syndicale Solidaires agit dans ce sens, dans les entreprises comme au plan national.

L’accord permet aux patrons de baisser les salaires : Vrai ? Faux ?
Vrai. Avec cet accord, c’est “baisse des salaires et mobilité forcée, ou … la porte” !

L’accord va réduire le nombre de licenciements : Vrai ? Faux ?
Faux. Avec cet accord, c’est “moins de plans sociaux, mais plus de licenciements” !

L’accord améliore la situation des Temps Partiel : Vrai ? Faux ?
Faux. Avec cet accord, c’est “plus de flexibilité pour les salarié-es” !

L’accord ne permet pas de faire reculer la précarité : Vrai ? Faux ?
Vrai. Avec cet accord, c’est “toujours moins de C.D.I., toujours plus de C.D.D.” !

L’accord renforce la protection sociale des salarié-es
Faux. Avec cet accord, c’est “une succession de mesures en trompe l’oeil” !

(Pour plus de détails, lire le document joint)
Pétition ici !

Attention les salariés de SII ne seront pas épargnés. En effet, la direction lors des dernières réunions de négociation sur les salaires 2013 a précisé qu'elle ne se gênerait pas pour appliquer les nouvelles dispositions relatives à la baisse des salaires ou à la mobilité si elles étaient votées !

mardi 19 février 2013

(Info SII Sud-Ouest)

mardi 12 février 2013

(Info SII national) 
Communiqué de la section SUD SII.

Le lundi 18 février aura lieu la deuxième réunion des Négociations Annuelles Obligatoires à Paris entre les syndicats de SII et la direction sur les augmentations de 2013. La première réunion du 21 janvier n'a pas permis d'envisager la suite des négociations avec optimiste, le premier chiffre avancé par la direction étant particulièrement bas.
Une troisième réunion aura lieu le 18 mars pour conclure cette "négociation".